Site Loader

Une fois votre roman écrit se pose la question de l’édition. Et là, c’est le parcours du combattant. Entre les différentes maisons d’éditions, comment s’y retrouver ? Et si vous preniez les rennes et décidiez de poursuivre en auto-édition ? MAJ vous explique tout.

© nick-morrison - Unsplash

La première étape est de se renseigner sur la ligne éditoriale des maisons d’édition que vous visez. Par exemple, si vous écrivez un roman sur une jeune femme dépressive qui tombe amoureuse d’un vampire, privilégiez les éditions Michel LAFON à la ligne éditoriale plutôt jeune adulte plutôt que Gallimard.

« J’avais envoyé mon manuscrit à une dizaine de maisons et c’est Denoël qui m’a fait une proposition de contrat. Néanmoins, mon livre a attendu deux ans dans un tiroir avant de se retrouver en librairie. J’ai publié ensuite chez eux trois livres et puis ils m’ont refusé le quatrième : Sur un tableau noir. J’ai donc cherché un deuxième éditeur. Sept ans après, c’est Gallimard qui a accepté. Et puis plus rien. J’ai donc changé à nouveau d’éditeur et je suis passé deux ans après chez Julliard. Ils ont accepté Stricte intimité mais ils ont refusé le suivant Histoire d’amour ! Je suis donc parti à la recherche d’un quatrième éditeur… »

Régis Jauffret

Maison d'Édition à compte d’éditeur

Il existe deux grandes catégories parmi les maisons d’édition. Tout d’abord, les maisons à compte d’éditeur. Comme le nom l’indique, la maison d’édition subvient aux frais de publication du livre. L’éditeur prend en charge les frais liés à la production, à la distribution et à la diffusion de l’ouvrage. En échange, l’auteur lui cède une partie de ses droits de publication et parfois de traduction et d’adaptation. L’auteur reçoit par la suite des redevances pour chaque livre vendu en fonction de ce que prévoit le contrat. La relation entre l’auteur et l’éditeur, rémunérations comprises, est négociée dans le contrat d’édition qui fait foi au nom de la loi.

Retrouvez ici une liste non exhaustive des maisons d’édition à compte d’éditeur.

Maison d'Édition à compte d’auteur

Les maisons d’édition à compte d’auteur et d’éditeur ont de nombreux points communs. Dans les deux cas, le contrat d’édition doit impérativement être signé. Les maisons s’occupent de la mise en page du roman, de la couverture, de l’impression, publication, distribution et du dossier de presse. Cependant, les maisons à compte d’auteur vont demander en plus, une participation financière de l’auteur. Elle est variable en fonction des maisons d’édition et des coûts de publication de l’ouvrage. Un livre de cent pages ne nécessitera pas autant d’argent qu’un manuscrit de trois cents pages. L’auteur garde généralement les droits de son ouvrage. L’éditeur doit ainsi le contacter pour tout nouveau tirage, toute traduction ou adaptation.

Le saviez-vous ? Proust a, lui aussi, été édité par une maison à compte d’auteur. 

Retrouvez ici une liste non exhaustive des maisons d’édition à compte d’auteur.

L’auto-édition

Vous êtes le maître de A à Z. En plus des frais financiers, vous devrez aussi façonner le livre final, et faire la promotion de votre livre. Deux choix s’offrent à vous : publier seulement un E-book par ventes directes ou via les plateformes adéquates. Ou, publier au format papier. Il vous faudra donc trouver un imprimeur, en gardant en tête que 50 livres de 250 pages recto-verso vous coûteront, en moyenne, 400 euros. Vous pouvez aussi opter pour l’impression à la demande qui permet de répondre directement à une commande d’un lecteur. En ce qui concerne les E-books, vous n’aurez rien à payer pour que votre livre soit ajouté au catalogue des plateformes comme Amazon ou Kobo. Cependant, ils prendront une commission sur chaque vente. Renseignez vous bien sur les termes du contrat avant de signer.

circle-cropped (6)

Rédactrice multimédia

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *