Site Loader

C’est peut-être lui que vous venez de célébrer, lors de ce week-end de l’ascension … ou plutôt, son homonyme animal. Le « lézard Jésus-Christ » tire son nom d’une incroyable capacité, digne d’un miracle biblique.

© Kyaw Tun - Unsplash

Également nommé basilic vert, ce lézard est présent dans une bonne partie de l’Amérique Centrale, s’étendant du Honduras au Panama. D’une taille pouvant atteindre 80 centimètres, ce reptile est facilement reconnaissable à sa couleur verte et sa gorge légèrement bleutée. Des couleurs idéales pour se camoufler dans les arbres de la forêt tropicale, au-dessus des ruisseaux. Mais lorsque le camouflage ne suffit plus et qu’un danger le guette, ce lézard n’hésite pas à se jeter à l’eau… Mais pas question d’y nager, lui, il court en surface !

Jésus marchant sur l'eau. © Gordon Johnson - Pixabay

Un miracle qui n’a rien de biblique

Un parfait équilibre entre masse, vitesse, et force. Voilà la recette du « lézard Jésus-Christ ». À titre de comparaison, un homme moyen qui voudrait l’imiter devrait atteindre la vitesse de 110km/h. Un exploit facilité tout de même par quelques adaptations physiques : malgré sa taille, le lézard ne pèse en moyenne que 200g. La taille de ses pattes arrières, dotées de palmes, lui permet de disposer d’une importante surface de contact avec l’eau, lui évitant de couler comme une pierre. Sa longue queue joue également un rôle important dans son maintien en surface : en tapant régulièrement la surface de l’eau, elle crée une petite vague, qui porte le reptile. Le lézard « Jésus-Christ » est donc plus proche d’un grand sportif, entre surfeur et sprinteur, que d’un Messie.

circle-cropped (2)

Rédacteur environnement

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *