Site Loader

Carpenter Brut, le plus célèbre compositeur de synthwave, a dévoilé Blood Machines le 17 avril, afin de faire patienter ses fans avant la sortie du film du même nom. Ce n’est donc pas un album, mais une bande originale qu’il nous propose. Un space opéra synthétique, qui allie les sonorités distinctes du producteur et une atmosphère spatiale.

© Carpenter Brut - Facebook
© Carpenter Brut - Facebook

Carpenter Brut est la figure de proue de la scène synthwave, genre musical qui s’inspire des années 80 avec l’utilisation des synthétiseurs de l’époque, remis au goût du jour. Il est l’un des artistes ayant popularisé le genre dans le monde entier. Révélé suite à ses trois premiers EP et sa participation au jeu Hotline Miami 2, il fait partie de la catégorie « agressive » du genre. Après avoir sorti un album proche du heavy métal, accompagné des chanteurs d’Ulver et Grave Pleasures, en 2018, puis un excellent album live, on avait peu de nouvelles du producteur. En guise de suite à son impressionnant clip Turbo Killer, les réalisateurs Seth Ickerman ont voulu faire un moyen métrage : Blood Machines. Pour accompagner le film, une bande originale était nécessaire, et c’est bien entendu le compositeur aux multiples synthétiseurs qui s’y est attelé.

Bienvenue dans l'espace

Carpenter Brut porte bien son nom, sa musique possède une nervosité sans pareil. Il fait parti des rares artistes de la synthwave qu’on reconnaît à la première écoute, grâce à ses compositions riches d’instruments, évolutives et « rentre dedans ». Seulement, quand il s’agit de faire une bande originale de film, il faut savoir se contenir. Le producteur a donc dû réduire les couches d’instruments qu’il utilise habituellement pour créer des sonorités plus proches de l’espace. Les synthétiseurs sont toujours de mise, mais se trouvent être plus calmes, plus lents, plus cosmiques. Les compositions se suivent avec fluidité, sans être formatées. Elles peuvent durer 30 secondes comme plus de six minutes, toujours de manière à transporter l’auditeur.

Cosmic Opéra

Le genre du space opera existe depuis des décennies dans le cinéma, notamment popularisé par la saga Star Wars. Pour ce genre d’épopées, un style de musique orchestral s’est créé dans l’imaginaire collectif. Pour Blood Machines, le compositeur a donc décidé d’utiliser ces codes bien connus du grand public, en les revisitant à la sauce synthwave. Ainsi, ce ne sont pas de grands orchestres faits de violons qui tapissent l’album, mais des synthétiseurs en tout genre, allongés au maximum pour créer de la profondeur et générer une idée d’espace infini. Au milieu de ses synthétiseurs tantôt calmes, tantôt nerveux, il utilise de l’orgue et des percussions plus spartiates qu’à l’accoutumée. Le dernier titre, Gone Now est même accompagné de la voix de Pencey Slow. Carpenter Brut nous plonge dans l’univers du film, sans même avoir besoin d’images. On reconnait sa patte, mêlée à l’atmosphère cinématographique qu’il a voulu créer. Si le moyen métrage se trouve être à la hauteur de la bande originale, ce sera sans aucun doute une réussite.

circle-cropped (9)

Rédacteur

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *