Site Loader
Groupe essentiel du mouvement synthpop des dernières années, The Midnight a sorti le 17 juillet le dernier album. Surfant toujours sur la même vague, Monsters déçoit.
@The Midnight - Facebook

Les années 2010 ont apporté leur lot de nouveaux styles musicaux et de retours en arrières. Parmi eux, la synthwave s’inspirait de l’esthétique 80’s. Dans ses dérivés, une partie pop est née, la synthpop, avec des groupes porteurs comme The Midnight. Dès le premier projet, Days of Thunder en 2014, le groupe a prouvé sa capacité à produire des tubes diablements efficaces. Continuant sur sa lancée, il a multiplié les projets (Endless Summer, Nocturnal et Kids) huilant sa formule sans grandement l’améliorer. Il revient avec Monsters, un album aux mêmes inspirations qu’à l’accoutumée, qui crée une redondance avec ses anciens projets.

Répétition 

Avec un style aussi codifié que la synthpop, difficile pour un groupe de se renouveler. Malheureusement, The Midnight ne fait pas exception et semble être resté bloqué à ses débuts. Les mélodies et synthétiseurs restent du même acabits que ce qui a pu être entendu précédemment. Les textes plutôt simpliste qui font l’essence du groupe sont toujours présents. Rien n’y fais, pas même la guitare électrique dans l’outro de Fire in the sky ou leur fameux saxophone sur Dance with somebody, le projet entier semble déjà entendu.

Les transitions

Malgré le côté redondant, The Midnight a accordé une certaine importance aux transitions et morceaux instrumentaux. Seulement ces pistes ne font que ralentir la progression générale du disque et sont parfois peu inspirées, amenant rapidement une lassitude. Les potentiels tubes se retrouvent ensevelis entre de longs titres qui perdent l’auditeur et enlèvent toute l’intensité que la voix du chanteur transmet. Plutôt que l’enrichir, ils alourdissent l’album.

Resté bloqué à ses débuts, The Midnight a perdu de sa superbe. Malgré quelques titres entraînants et une volonté de cohésion, Monsters ne fascine pas.

circle-cropped (9)

Rédacteur culture

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *