Dossiers

Réseaux sociaux : une voix pour les victimes de violences sexuelles ?

Avec le mouvement #metoo, aux Etats-Unis, en 2017, les réseaux sociaux ont été un atout dans la liberté d’expression. Plus qu’un outil, ils ont été un exutoire pour la parole des victimes. En France, le #balancetonporc de Sandra Muller permet de briser le tabou du harcèlement sexuel. Les réseaux sociaux sont-ils devenus un lieu de dénonciation et de revendication ?

© Montage par _ TikTok, #Iwas et @Phrasesassassines

Les réseaux sociaux, au 21e siècle, sont le reflet de nos sociétés modernes. On peut autant y voir naître des débats pertinents que des commentaires haineux. Toutefois, ils permettent une visibilité aux minorités et donnent le pouvoir de parler à ceux qui ne trouvent personne pour les écouter.

TikTok entre dans la danse

Le 29 avril dernier, lors du « denim day », jour dédié aux violences sexuelles, des dizaines d’adolescents ont pris la parole face caméra sur Tik Tok. Sans floutage, visage à découvert, ils racontent leur expérience de violences sexuelles. Ils montrent les vêtements qu’ils portaient ce jour-là. Le “challenge” est, par la suite, suivi de plus d’une centaine de vidéos. L’objectif ? Libérer la parole des victimes et surtout délivrer un message : « ce que tu m’as fait, ne me définit pas. » En témoignant sans se cacher, les victimes s’encouragent mutuellement à sortir du cercle de la honte : « ce n’est pas moi qui devrait avoir honte. » Les vidéos sont postées sous trois hashtags : #DenimDay, #NomeansNo et le #DidIsayYes. Les créateurs de vidéos reviennent sur les bases du consentement. La plateforme, connue pour son contenu léger et adulée des adolescents, devient alors un lieu de dénonciation et de réconfort pour les victimes.

@brighton.short

inspired by @yung_maud . i love you. ##foryoupage ##fyp ##foryou ##neverfitin ##onecommunity ##denimday

♬ original sound – audío.bear

@imdevonwalsh

You’re worthy of respect, privacy, & consent. ##denimday

♬ original sound – audío.bear

#Iwas

Sur Twitter, une fois n’est pas coutume, un nouveau hashtag de dénonciation devient une tendance. Le #Iwas incite les personnes victimes de violences sexuelles à raconter leur histoire. Le but est de prendre la parole pour dénoncer les violences, se libérer d’un poids et surtout de se sentir soutenu par une communauté. Mais la particularité du #Iwas est qu’il demande de donner l’âge lors de l’agression. Un grand nombre d’agression sexuelle sont subies pendant l’enfance. En France, la victime a alors trente ans pour porter plainte. La Justice estime que ce délai est suffisant pour que l’enfant se rappelle de son traumatisme. Or, avec ce hashtag, les victimes souhaiteraient que les actes d’agressions sexuelles deviennent un crime imprescriptible. Alors que le #Iwas reste juste un top tweet.

Témoignages Assassins

Enfin, les réseaux sociaux sont aussi le lieu des témoignages. Sur Instagram, des comptes comme @Phrasesassassines relaient la parole des victimes. Comment ça marche ? La personne envoie son témoignage au compte. Par la suite, une phrase est mise en avant pour interpeller lorsque X scroll. Cette technique de dénonciation promet un total anonymat. Ce compte dénonce les mots en partant du principe qu’ils font autant de mal que les actes. Pire, les mots qui accompagnent les actes marquent profondément une personne. Le compte dénonce surtout les réactions de l’entourage quand une personne a le courage de mettre des mots sur son traumatisme : « ça va. Tu abuses aussi. Un mec a besoin de ça. » Cette phrase prononcée par la soeur de la victime montre la difficulté de se confier lorsqu’on subit une agression sexuelle. Peur du jugement, des questions intrusives du type : “comment étais-tu habillée ?” et surtout la honte et le sentiment de culpabilité de la victime sont nourris par ces mots.

Voir cette publication sur Instagram

▪️CE COMPTE DÉNONCE LES VIOLENCES, IL NE LES CAUTIONNE PAS.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ [ ⚠️ Les témoignages sont à déposer uniquement sur le site, lien en bio]⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ✉️ « C’est la phrase qu’a dit mon ex-petit copain en jouissant en moi alors que je lui avais pourtant dit d’arrêter »⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ▪️Pour être en cohérence avec la démarche de ce compte, restez dans vos commentaires respectueux 🙏🏻 cela n’empêche pas de soutenir la personne touchée.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ▪️Merci de ne pas juger/jauger si la phrase vous semble suffisamment assassine pour être diffusée sur ce compte ! Surtout dans un espace où on lutte contre l’invisibilité et la hiérarchisation des violences. Seule la personne qui l’a déposée est en connaissance de l’impact de ces mots sur son propre corps. Respectez leur histoire.

Une publication partagée par Phrases Assassines (@phrasesassassines) le 15 Mars 2020 à 11 :52 PDT

Voir cette publication sur Instagram

▪️CE COMPTE DÉNONCE LES VIOLENCES, IL NE LES CAUTIONNE PAS.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ [ ⚠️ Les témoignages sont à déposer uniquement sur le site, lien en bio]⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ✉️ « C’était il y a un peu plus de 4 ans. On passait une phase compliquée avec mon compagnon (je ne suis plus avec aujourd’hui) on n’avait plus de relations sexuelles depuis quelques semaines, je lui avais annoncé un petit mois avant ça que j’allais prendre mon appartement car j’avais besoin de recul sur notre relation, et que je souhaitais très probablement qu’on se sépare. Il l’a très mal vécu, était très triste et la colère ressortait sans cesse par les mots. Nous habitions encore ensemble, le temps que je trouve un appartement.⠀ ⠀ Un soir, je rentrais d’une soirée, TRÈS éméchée, il était environ 2h du mat’, il m’attendait dans le salon bras croisés, il s’est levé, m’a suivie lorsque j’entrais dans la chambre (sans un bruit car sa fille en vacances chez nous dormait dans la pièce à côté) a attendu que j’ôte quelques fringues puis m’a facilement retournée sur le ventre; j’ai essayé de stopper en le repoussant, je lui ai dit non environ 5 fois, mais j’étais saoule, et j’avais pas de force pour le repousser d’avantage, alors j’ai laissé faire jusqu’à temps qu’il finisse. À la fin j’avais honte, je me suis levée en titubant pour aller me doucher et là, il m’a sorti cette phrase que je n’oublierai pas. La rupture a été très compliquée, et cette personne m’a pris une partie de moi pour bien d’autres raisons… j’ai occulté cette relation et j’ai accepté il y a seulement 2 ans que c’était un viol, lorsque j’ai raconté l’histoire à une amie qui m’a regardée les yeux écarquillés en me répondant « heu nan mais là en fait c’est un viol, mon chat, c’est un viol ». Effectivement.⠀ Jusque là j’avais pensé que c’était presque un dû, car avant, on couchait ensemble très souvent, et que c’était pas cool de ma part de le priver de sexualité si longtemps …⠀ ⠀ Je ne sais pas si mon témoignage apportera quelques chose aux publications, mais pour ma part, le simple fait de le mettre à l’écrit pour la première fois, exorcise quelques chose »

Une publication partagée par Phrases Assassines (@phrasesassassines) le 12 Mars 2020 à 11 :10 PDT

Les réseaux sociaux deviennent des moyens de faire entendre sa voix et pouvoir raconter ses traumatismes. Les victimes trouveront une communauté pour les soutenir, et les accompagner dans leur douleur. Le revers de la médaille est là : tout le monde n’est pas bienveillant sur les réseaux. On ne peut éviter de s’exposer aux critiques et aux jugements des autres utilisateurs lorsqu’on publie du contenu en ligne.

A lire  Que faire quand un proche fait une crise d’angoisse ?

circle-cropped (6)

Rédactrice sur majmedia. Bucolique et mélodramatique… Cela fait plus de vingt piges que je vadrouille, le stylo en poche. Journaliste le jour, écrivaine la nuit, on se retrouve vite pour de nouvelles aventures !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.