Site Loader

Depuis quatre ans, Margaud Quartenoud alias Margaud Liseuse, partage, entre autres, des astuces zéro déchet sur son blog. Pour cette youtubeuse, blogueuse, libraire et maman, le zéro déchet est aujourd’hui une évidence, même si ça ne s’est pas fait sans effort.

© Marco Verch

Pour quelles raisons avez-vous commencé le zéro déchet ?

J’ai appris ma grossesse en 2016. En tant que future maman je voulais le meilleur pour notre bébé.

Sur votre blog, vous partagez vos expériences du zéro déchet, réussites comme échecs, quels retours en avez-vous ?

Les retours me plaisent beaucoup. C’est important pour moi d’être honnête en montrant que ce n’est pas toujours évident de mettre en place tout ce que l’on souhaite. Derrière un blog, il y a une personne qui fait des expériences. Des fois ça marche, et des fois non. Pour les lecteurs qui essaient, savoir que même les gens qui les inspirent ont des ratés, c’est rassurant. Moi ça me rassure chez les autres en tout cas, donc j’imagine que pour les gens qui me suivent, ça doit être un peu la même chose.

En commençant le zéro déchet, avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

J’y suis vraiment allée doucement. Tout mettre en place d’un coup est rarement une bonne idée. Mon astuce a été de prendre de nouvelles habitudes une par une. Aussi, je pense qu’il faut éviter d’acheter inutilement des choses pour faire « tendance zéro déchet ». Si on n’utilise pas de pailles dans notre quotidien, pourquoi en acheter en inox ? Il ne faut pas non plus jeter des objets encore fonctionnels. Dès que quelque chose casse ou est vide je le remplace par du plus durable, de meilleure qualité ou par une version sans emballage.

« Les gens étaient reconnaissants »

Appréhendez-vous les réactions des gens ?

Je suis timide. Au début, j’avais peur de demander qu’on ne me donne pas d’emballage ou de sac. À force, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai demandé à mettre directement dans mon contenant par exemple. C’est un dépassement de moi-même, plus que du regard des autres. J’ai même été ravie des réactions des gens : ils étaient étonnés, mais de façon positive, voire même reconnaissants du geste. Ça m’a même valu des petits bonus, comme un petit pain offert à la boulangerie.

Vous ne parlez pas de « zéro déchet » mais de « moins de déchets ». Pourquoi ?

Selon moi, c’est impossible dans la plupart des foyers de n’avoir aucun déchet. Grâce à nos efforts, nous en avons moins. Peut-être que dans quelques années, nous serons de plus en plus nombreux à pouvoir vraiment dire « zéro déchet », mais actuellement je trouve que réduire ses déchets c’est déjà super. 



circle-cropped (13)

Rédactrice culture

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *