Site Loader

Le cardinal australien George Pell a été acquitté, ce mardi, des cinq chefs d’accusation pour violences sexuelles sur mineurs qui pesaient sur lui. Condamné à 6 ans de prison par la justice australienne en 2019, celle-ci est revenue sur sa décision en établissant que le manque de preuves constituait un doute raisonnable.

 

©️ David Veksler - Unsplash

En 2018, déjà, la justice australienne avait condamné George Pell pour violences sexuelles sur mineurs. La décision avait été réaffirmée par la Cour d’Appel de l’Etat de Victoria en second jugement du procès à l’été 2019. L’affaire portée en justice remonte aux années 1990 alors que Pell était archevêque de la ville de Melbourne. Celui-ci est accusé d’agression sur deux enfants de chœur, alors âgés de 13 ans, en la cathédrale Saint-Patrick de la ville australienne. L’ancien secrétaire à l’Économie du Saint-Siège pour le pape François a été relaxé par la Haute Cour d’Australie, à Brisbane ce mardi 7 avril.

Témoignage

Selon le témoignage anonyme d’une des deux victimes, l’accusé avait abusé de sa personne à l’issue d’une messe. L’enfant, qui se trouvait en compagnie d’un ami au moment des faits, indique que l’archevêque s’était exhibé et masturbé devant eux. Il affirme également avoir été forcé à pratiquer une fellation. Deux mois plus tard, en février 1997, George Pell aurait poussé la victime contre un mur en compressant ses parties génitales. La seconde victime, décédée en 2014, n’a jamais pu témoigner dans l’affaire. C’est cependant après ce tragique décès, des suites d’une overdose, que la première victime a décidé de témoigner à l’encontre de George Pell et contacté la police australienne.

Retournement de situation

Après plus d’un an passé derrière les barreaux pour le cardinal Pell, la Haute Cour d’Australie a estimé que le niveau de preuves requis n’avait pas été atteint afin d’établir la culpabilité du condamné. Jugement rendu à l’unanimité par les sept magistrats de cette cour, ils ont estimé que leurs prédécesseurs (Ndlr. La juridiction inférieure) avaient « omis de se pencher sur la question de savoir s’il restait une possibilité raisonnable que l’infraction n’ait pas été commise » lors des précédents jugements. Durant le procès, les avocats du cardinal ont mis en avant des « invraisemblances graves » de l’affaire en indiquant notamment que le prévenu n’avait eu ni le temps, ni ne pouvait se trouver à l’endroit où les violences ont été commises.

« Pour beaucoup de survivants, l’acquittement de Georges Pell […] sera incroyablement difficile »

Pour des associations comme la Blue Knot Foundation, le jugement est un raz-de-marée. Elle rappelle sur Twitter que « pour beaucoup de survivants, l’acquittement de Georges Pell ce matin sera incroyablement difficile ». Sa présidente, Cathy Kezelman, ajoute que « la pandémie d’abus sexuels sur des enfants au sein de l’Église catholique a menacé la sécurité de millions d’enfants » en affirmant que la décision de la justice australienne aurait des conséquences « dévastatrices ».

Après 405 jours d’emprisonnement, l’ancien trésorier au Vatican continuera à exercer dans la prêtrise de l’Eglise catholique sans pour autant que son rôle ait été défini. Si au cours de son procès, il avait été écarté des plus hautes instances de l’Eglise, le Vatican n’a en revanche pas décidé d’ouvrir une enquête interne sur le cas de Georges Pell.

circle-cropped (10)
Hugo Hanne

Rédacteur

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *